14 ème Colloque FORMASUP-APEA

du 25 Janvier 2019 à l’ENSIAME

Valenciennes, campus du Mont Houy, Parking réservé

« La génération Z bouscule la formation et l’entreprise :

repensons l’accompagnement pour donner du sens. »

1) ACCUEIL (hall) 8h30

2) BIENVENUE (amphi 1) 9h00

* M. Christophe COULON,

Vice-président en charge de l’apprentissage et de l’artisanat au Conseil Régional Hauts-de-France.

img_5829958a35eae

* M. Abdelhakim ARTIBA,

Président de l’Université Polytechnique Hauts-de-France.

Logo-UPHF

* M. Daniel COUTELLIER,

Administrateur provisoire de l’ENSIAME

ensiameMini

* M. François BOURGIN,

Président de FORMASUP NORD PAS-DE-CALAIS

img_58739413b00ad

3) DISCOURS INTRODUCTIFS 9h15

* M. Jean-Pierre BAJART,

Président de l’APEA

img_587394310c3c4

* M. Frédéric SAUVAGE,

Directeur de FORMASUP

img_58739413b00ad

4) CONFERENCE N°1 : « Le sens du travail et de la vie chez les « adultes émergents » :

Comment manager par le sens ? 9h30

Jean-Luc-BERNAUDM. Jean-Luc BERNAUD, Professeur des Universités en Psychologie, CNAM Paris. Président de l’Association Française de Psychologie Existentielle (AFPE)

Les « adultes émergents » d’aujourd’hui sont confrontés à un monde du travail qui se caractérise par de nombreuses opportunités et qui parallèlement présente des risques nouveaux. En effet, les carrières « protéennes » confèrent le pouvoir de s’orienter et de se former tout au long de la vie, mais en contrepartie les exigences et injonctions du monde professionnel, les transitions et ruptures brutales nécessitent des nouvelles réponses pour prévenir les problèmes de santé au travail et promouvoir le bien-être. Parmi les nouveaux challenges, comprendre le sens que les jeunes donnent au travail et à leur vie constitue une préoccupation nouvelle, en particulier chez ceux qui les accompagnent, les forment, ou les managent. Cette communication vise à répondre à plusieurs questions : comment peut-on définir et délimiter ce que sont le sens du travail et de la vie ? Quelles incidences peut avoir la perte de sens sur le bien-être et l’adaptation des jeunes ? Quels programmes innovants peut-on préconiser pour réduire le décrochage dans les études supérieures ? Après avoir examiné ces questions fondamentales, la conférence s’attachera à évoquer les critères sur lesquels s’appuyer pour que les professionnels du monde de l’éducation puissent « manager par le sens » les adultes émergents.

5) CONFERENCE N° 2 : “Comment l’engagement donne du sens ou contribue à la construction de soi. “

Mme Claire THOURY, Docteur en Sociologie, Déléguée Générale d’ANIMAFAC 10h15

Claire-Tory

L’engagement étudiant a subi de nombreuses mutations au cours de ces dernières années, souvent résumées par l’opposition entre un engagement timbre et un engagement post-it. Revenir sur les spécificités de l’engagement étudiant et interroger la façon dont le fait de s’engager à cette période de la vie contribue à la construction identitaire et politique des individus nous permettra d’affiner cette opposition et de mettre en exergue la façon dont l’engagement est vecteur de sens, tant sur le plan personnel que scolaire ou professionnel, se trouvant au croisement des identités puisqu’il concerne plusieurs sphères de la vie d’un individu.

6) PAUSE 11h

7) TABLE RONDE : “Plaisir au travail, plaisir dans les apprentissages, quelles clés à valoriser ? “

Mme Maryse JEMRICH, DRH Framatome, site de Jeumont
M. David MAHÉ, Président du Cabinet Stimulus
M. José MONTEIRO, DRH Alstom
Mme Catherine TANGUY, Dirigeante de Faros Institut et Faros Solutions, auteur de « Zazie Mute, le ré-enchantement du travail »
M. Olivier TOUSSAINT, Co-fondateur des clubs des Chief Happyness Officer (CHO), créateur du site : loptimisme.com

Animateurs : Anne Bultot, Directrice d’INGHENIA et Yves Sallez, Directeur adj ENSIAME

8) « Comment repenser la pédagogie pour un meilleur engagement des étudiants dans leurs apprentissages ? »

M. Yves MAUFFETTE,
Professeur UQAM Montréal 12h15

9) Témoignages anciens apprentis/MA en formation RH,

Mme Mathilde PAULUS & Mme Fabienne KAJ, Leroy-Merlin
Mme Evie FARGOT, Adecco Onsite & Mme Sandra BELLERY,  SNCF

10) COCKTAIL DEJEUNATOIRE 13h00

11) ATELIERS 14h00

ATELIER 1 – « Quel accompagnement pour apprentis en mal de sens ? »
Animé par Messieurs Jean-Luc BERNAUD, Professeur des Universités et Arnauld BERTHOUX, Chargé de développement apprentissage, FCU Université du Littoral Côte d’Opale.
La génération Z a besoin de transparence, de flexibilité, d’éthique. Elle perçoit un décalage entre l’enseignement et l’entreprise. Comment l’accompagner pour donner du sens ?
La génération actuelle de nos apprentis s’inscrit dans cette dynamique et exprime un mal-être caractérisé par des troubles du comportement, des pratiques « border line » liées au tabagisme et alcoolisme (et tout type d’addiction). Ce mal-être lié à la question fondamentale de trouver sa place et de construire sa propre identité est objet de stress et de souffrance psychologique. La notion de fragilité y est implicite. Les questions qui se posent sont multiples :
* Quelles sont les causes de ce mal-être ? Est-ce la recherche d’une utilité sociale visible ? Est-ce un autre rapport au travail qui émerge ?
* Est-il lié à la quête de sens, la recherche existentielle, les valeurs propres à nos jeunes ?
* Comment accompagner et repérer des situations de fragilité ? A quoi sont-elles dûes ? (Inadaptation à l’entreprise, éloignement, etc)
* Quelles sont les clés pour susciter la motivation ? Participer à des projets collectifs, redonner le sentiment d’appartenance, développer la citoyenneté au travail, etc…
* Un apprenti a-t-il des problématiques spécifiques ? Comment vit-il son double accompagnement ? Quelle est la réalité de ces jeunes ? Quels sont les types de problématiques ?
ATELIER 2 – « Quelle place a le bien-être dans la formation des futurs managers ? Quelles compétences à acquérir pour manager des collaborateurs heureux ? »
Animé par Mme Anne BULTOT, Directrice d’Inghénia
Les facteurs de risques psycho-sociaux sont-ils les mêmes pour la génération Z que pour ses prédécesseurs ? Quelles dimensions de la Qualité de Vie au Travail investit-elle de manière privilégiée (intérêt et contenu du travail, qualité relationnelle, reconnaissance, sécurité, équilibre vie privée/vie professionnelle…) ? Comment aborder le bien-être au travail, ses aspects multidimensionnels et ses enjeux sur la performance ?
* Quels seraient les objectifs dans la formation des futurs managers?
* Quelles compétences à acquérir pour favoriser l’épanouissement et le bien-être de ses collaborateurs au travail, redonner du sens, de l’engagement et de la motivation pour travailler avec plaisir ?
ATELIER 3 – « Le plaisir au travail; comment passer d’un savoir-faire à un savoir aimer ?»
Animé par Yves MAUFFETTE, UQAM et Pierre BAILLON, Consultant
Manager le plaisir au travail serait-il le nouvel enjeu des entreprises ? Faire en sorte qu’une personne éprouve du plaisir dans son travail réduit de manière très significative, non seulement les risques de « burn-out » (surmenage émotionnel et physique) mais aussi de « brown-out » (perte de sens) et de « bore-out » (ennui), qui altèrent l’estime de soi. Les sources de plaisir au travail sont liées aux conditions de travail, à l’adhésion à la stratégie et aux projets de l’entreprise, à l’adéquation avec ses valeurs, à la nature des relations entretenues (convivialité, entraide, solidarité, reconnaissance) et au contenu de l’activité (autonomie, variété, …)
* Quels seraient les apprentissages pour amener nos jeunes vers de tels objectifs ?
* Comment les amener du savoir-faire (compétence) à « l’aimer-faire » (appétence) ? Contrairement à la compétence qui s’évalue, l’identification de ses appétences est avant tout une démarche d’introspection qui passe par l’exploration des activités qui ont été sources de plaisir puis par une qualification assez précise des types de plaisirs vécus (les appétences).
* Comment ancrer la notion d’aimer-faire dans les pratiques managériales ?
* Quels sont les nouveaux outils du management du plaisir au travail ?
* Comment proposer des actions de valorisation de ces appétences ?
* Comment passer de la gestion par les compétences au management des appétences ?
ATELIER 4 – « L’éthique dans le parcours d’un apprenti, éthique comme source de sens et de plaisir »
Animé par Mme Carol Leroy, Maître de Conférences Associé IMMD et M. Matthieu HUREAU, Responsable du pôle professionnalisation IUT A
La dissonance éthique est une forme de souffrance par la perte de sens au travail. Comment peut-on enseigner l’éthique dans le parcours académique et professionnel d’un alternant ?
Comment faut-il appréhender les notions de cohérence et d’authenticité comme remède de la dissonance éthique et comme soutien du sens au travail ?
L’éthique peut-elle être enseignée pour réduire la souffrance ?
Performance et éthique sont-elles compatibles ?
L’éthique est-elle systématiquement liée aux valeurs (organisationnelles et personnelles) ?
ATELIER 5 – « L’effectuation »
Animé par Mme Mylène Grignon, Psychologue & Coach
L’Effectuation est un paradigme pragmatiste du management. Partant de la question de recherche « quel est le processus de décision des entrepreneurs ayant réussi ? », la chercheuse Saras Sarasvathy (2001) apporte un éclairage nouveau quant à la manière de concevoir le processus de prise de décision de l’entrepreneur.
Et si nous adaptions les 5 principes clés de l’effectuation à notre management, à nos prises de décision, juste pour voir si cela a du sens dans le contexte actuel.

12) PAUSE 16h00

13) RESTITUTION DES ATELIERS par les Rapporteurs (amphi 1) 16h30

14) CONCLUSION du Colloque : 17h00

M. Jean-Pierre BAJART, Président APEA

img_587394310c3c4

M. Frédéric SAUVAGE,

Directeur FORMASUP NPC

img_58739413b00ad

15) VISITE DE L’ENSIAME et pot de clôture 18h00

16) DINER DE GALA,

La Gentilhommière à Artres 19h00

Adresse : 2, Rue de l’Église, 59269 Artres

Avec musiciens Jazz Manouche