Témoignages – CREZEO – Antoine Leclercq & Maïlys Reslinger (IAE Lille)

crezeo_1

Crezeo, créé en 2010 a pour cœur de métier la création de communautés en ligne. Depuis 2015, la start-up se concentre sur les communautés de marques. Antoine Leclercq, fondateur de Crezeo et Maïlys Reslinger, ancienne apprentie de l’IAE, nous parlent du bénéfice de l’apprentissage dans une stratégie d’innovation.

En février, vous avez lancé la 1ère communauté de clients du groupe Auchan. Comment fonctionne-t-elle ?

AL : D’un côté, la marque s’exprime à travers une partie éditoriale. De l’autre côté, les membres de la communauté peuvent consulter les contenus, échanger entre eux et interagir. L’objectif est de développer des moyens de communication collaboratifs.

Quelle est la part d’innovation dans ce projet, et quel est l’état de la concurrence?

AL : Les communautés de clients sont devenues un impératif pour les marques, et elles sont de plus en plus nombreuses. La majorité d’entre elles se sont constituées spontanément sur Facebook. Mais le réel intérêt pour une marque de disposer d’une communauté de clients Crezeo, c’est de pouvoir devenir propriétaire des données récoltées, ce qui lui permet de communiquer à 100% auprès des membres.

Maëlis a été apprentie au sein de Crezeo, avant d’être embauchée. En quoi a-t-elle été une aide sur l’aspect de l’innovation ?

AL : Maïlys a rejoint la start-up à un moment charnière de la vie de la société. Elle a notamment pu participer à la création d’une autre activité, Ovius, basée sur la création de contenus. Elle a été partie prenante pour toute la réflexion de ce projet.
MR : Ma contribution en termes d’innovation a surtout concerné ce deuxième projet. L’aspect technologique est pris en charge par les développeurs, mais j’ai pu apporter des idées lors de la genèse et de l’élaboration du dispositif.

Pouvez-vous nous expliquer le principe d’Ovius ?

MR : Il s’agit d’une plate-forme de mise en relation d’auteurs et de clients. Ces auteurs sont spécialisés dans certains domaines d’activités, ce qui permet de sélectionner les profils.

Selon vous, en quoi l’Apprentissage du Supérieur facilite l’innovation dans les Start-ups ?

MR : C’est une question de mentalité, de goût du challenge. Les apprentis apportent également un avis extérieur.
AL : Les apprentis font aussi le lien avec leurs cours, ce qui peut être enrichissant pour l’entreprise en termes de stratégie et de réflexion.

Qu’est ce qui différencie le rôle d’un apprenti dans une entreprise classique et dans une start-up?

MR : L’avantage, dans une start-up, c’est qu’aucun service n’est réellement segmenté. L’apprenti est vite responsabilisé, et découvre davantage grâce à un management plus participatif.

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>